AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesMembresConnexionSite Chevaliers Pourpres

Partagez | 
 

 arthur et sa légende par science et vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
adréas d'elembor
Pendragon
avatar

Masculin Nombre de messages : 2863
Age : 51
Localisation : Dans le marais a niort

MessageSujet: Re: arthur et sa légende par science et vie   Ven 18 Mai 2012 - 22:11

Le chemin sans aucun doute (pour moi en tout cas) Twisted Evil


Crusader

_________________
> L'ennemi est bête : il croit que c'est nous l'ennemi alors que c'est lui !
(Pierre Desproges)
Entre vivre pour rien ou mourir pour quelque chose a vous de choisir
(john Rambo)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adréas d'elembor
Pendragon
avatar

Masculin Nombre de messages : 2863
Age : 51
Localisation : Dans le marais a niort

MessageSujet: Re: arthur et sa légende par science et vie   Dim 20 Mai 2012 - 0:29

bon il est vrai que la coupe me plaît bien aussi, la coupe de vie quoi cheers


bien plus sérieux la suite sur la légende vu par la science


LES PREMIERS PAS D’ARTHUR :

La plus ancienne mention du légendaire roi retrouvée à ce jour a été relevée dans un poème gallois, le gododdin, qui précise en parlant d’un autre combattant, que (malgré ses qualités, il n’était pas Arthur)
Si la bataille évoquée dans ce texte se déroule vers 576-600, on n’a aucune idée de la date ou fut composée cette stance particulière, ni même de celle ou elle fut transcrite pour la première fois(IX OU X siècles).

Ce qui rend cette référence initiale à Arthur impossible à situer dans le temps. A l’image de nos trouvères, les bardes étaient les garants de la tradition orale. Le premier grand récit arthurien est un conte gallois en prose, kerlhwch et olwen, dont on a connaissance par un manuscrit du XVI siècles



LE FIL DE L’INTRIGUE :
De François Thomazeau et serge Renel

Arthur voit le jour en Bretagne peu de temps après le départ des romains. La période est troublée car les saxons, appelés pour défendre l’île, se sont retournés contre leurs hôtes. Le roi Vortigern fait bâtir une tour qui ne cesse de s’éffondrer jusqu'à ce qu’un orphelin du nom de merlin lui révèle que sa traîtrise est la cause de sa ruine.

A la mort de Vortigern, le roi Uther Pendragon prend sa suite et tombe amoureux d’igraine, femme du duc de cornouailles. Avec l’aide de Merlin il parvient à se faire passer pour le duc de cornouailles et à aimer Igraine. De cette union naît Arthur. Merlin demande au roi de lui confier l’éducation de l’enfant . Dans le même temps, celle de morgane, sœur d’Arthur est assurée par Viviane, la dame du lac. A la mort d’uther, les chevaliers bretons , réunis autour de la table ronde ou ils siègent selon les règles de la chevalerie, doivent trouver un successeur.

Sera sacré le chevalier qui pourra extraire d’un roc l’épée royale. Aucun n’y parvient jusqu’au jour ou Arthur arrache l’arme au roc en voulant remplacer celle de son frère de sang, qu’il avait égarée. L’exploit convainc les chevaliers qu’Arthur est le roi légitime. Pour asseoir son autorité, Arthur multiplie les fait d’armes et les conquêtes. Il défait un géant redoutable au mont saint-michel, triomphe de l’invincible chevalier noir. Il livre de nombreuses batailles sans merci aux saxons, dont il triomphe au mont Badon, tuant à lui tout seul plusieurs centaines d’hommes. Peu à peu, Arthur soumet à son autorité toute la Bretagne et une partie de la france. Ayant pris pour épouse Guenièvre, fille du roi Loth, il se fait couronner devant tous ses sujets et installe sa cour à camelot.

La paix venue, les chevaliers de la table ronde s’ennuient. Chacun d’entre eux se lance dans une quête personnelle pour atteindre la perfection chevaleresque.Le premier à se mettre en quête est le valeureux Lancelot. Sa liaison avec Guenièvre va entraîner sa perte. Parallèlement, Perceval, au cours d’aventures, est mis en présence du graal , une coupe qui aurait recueilli le sang du christ. Pour ne pas avoir osé demander ce qui s’y trouvait, il échoue dans sa quête de perfection.Seul Galaad, fils de Lancelot parviendra à regarder au fond de la coupe et à atteindre la pureté.

Entre temps, Rome demande au roi Arthur un tribut. Le roi et ses chevaliers refusent et décident d’aller combattre l’empire. Arthur, qui a confié ,le royaume à son neveu Mordret, est sur le point d’arriver à ses fins lorsqu’il apprend que son neveu l’a trahi et le trompe avec Guenièvre. Il se livrent combat à plusieurs reprises et trouvent tous les deux la mort à Camlann. Arthur est emmené par des fées, dont Morgane et Viviane, vers l’île d’Avalon, d’où toute la Bretagne attend son retour.


Alors !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! toujours intéresses ou pas Question Question Question Question Question Question

je prépare un gros morceau : DE L'ORAL A L'ECRIT

_________________
> L'ennemi est bête : il croit que c'est nous l'ennemi alors que c'est lui !
(Pierre Desproges)
Entre vivre pour rien ou mourir pour quelque chose a vous de choisir
(john Rambo)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adréas d'elembor
Pendragon
avatar

Masculin Nombre de messages : 2863
Age : 51
Localisation : Dans le marais a niort

MessageSujet: Re: arthur et sa légende par science et vie   Dim 20 Mai 2012 - 1:17

aller je croit bien que vous y aller la semaine prochaine


BROCELIANDE UN ILOT DE LEGENDE :

La localisation de la foret de Brocéliande fait toujours débat, sauf à Paimpont, à une trentaine de kilomètres à l’ouest de rennes. Sur les sentiers de randonnée bretons, entre Morbihan et Ille-et-Vilaine, on croise notamment le (tombeau de Merlin) dernière demeure supposée de l’enchanteur, la fontaine de Barenton ou Merlin rencontra pour la première fois la fée Viviane, la dame du lac qui donnera plus tard l’épée Excalibur à Arthur, ou encore le Val sans retour.

Ou la fée Morgane, demi sœur d’Arthur trahie par son amant, a décidé de retenir prisonniers tous les chevaliers infidèles.Alors que la majeure partie du mythe arthurien se situe en Grande-Bretagne, pourquoi cet îlot de légende au cœur de la (petite Bretagne) ? Il y a la à coup sur, la volonté de mettre en avant l’âme celtique de la région au XIX siècle, et peut être même auparavant.
Des le moyen age en effet, un duc de Bretagne, geoffoy Plantagenêt, aurait été surnommé (seigneur de Brocéliande) par un troubadour. Tandis qu’un centre de l’imaginaire Arthurien a trouvé refuge près de painpont, les scientifiques ne sont curieusement jamais aventurés dans la foret.

Il n’y a pas eu en France de tradition monarchique de mettre Arthur en figure de proue, souligne l’historien Amaury Chauou. Et puis, en accord avec la tradition universitaire, une grande attention est portée aux textes et non aux choses. Les sites sont donc délaissés, considérés comme des non objets scientifiques.



Crusader

_________________
> L'ennemi est bête : il croit que c'est nous l'ennemi alors que c'est lui !
(Pierre Desproges)
Entre vivre pour rien ou mourir pour quelque chose a vous de choisir
(john Rambo)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Segwarides Doubles Lames
Aussi appelé SgegVaridèss
avatar

Masculin Nombre de messages : 1626
Age : 24

MessageSujet: Re: arthur et sa légende par science et vie   Dim 20 Mai 2012 - 1:31

"Entre temps, Rome demande au roi Arthur un tribut. Le roi et ses chevaliers refusent et décident d’aller combattre l’empire."
Mais où est-ce qu'ils ont été prendre ça ?
La vision des deux auteurs de l'article est intéressante, mais je la trouve un peu baclée. Et puis, le choix des auteurs n'est peut-être pas le bon (aller taper le nom des auteurs sur un moteur de recherche Wink )

Par contre, le petit article sur Brocéliande me donne une ambition: changer les mauvaises habitudes universitaires ! "Et puis, en accord avec la tradition universitaire, une grande attention est portée aux textes et non aux choses. Les sites sont donc délaissés, considérés comme des non objets scientifiques."
Ralala, quand on pense à la quantité de choses à dire et à faire sur des sites comme ceux-là ! Mais parfois il vaut mieux qu'ils ne tombent pas aux mains de personnes faisant impasse à l'imaginaire ! L'imaginaire qui, pour moi, n'est pas si éloigné que l'on croit des choses de l'Histoire Wink

_________________
SEMPER FIDELIS !

"Si j'avance, suivez-moi. Si je recule, tuez-moi. Si je meurs, vengez-moi"  Henri du Vergier, comte de La Rochejaquelein, Chouan, Général en chef de l'armée vendéenne catholique et royale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adréas d'elembor
Pendragon
avatar

Masculin Nombre de messages : 2863
Age : 51
Localisation : Dans le marais a niort

MessageSujet: Re: arthur et sa légende par science et vie   Dim 20 Mai 2012 - 2:21

bon je vois que les quelque articles de SC et V te titille les yeux je te met le n° 1 des 4 chapitres



DE L’ORAL A L’ECRIT
LA LEGENDE DEPLOIE SES AILES :

Le mythe arthurien se présente aujourd’hui à nous comme un ensemble cohérant et homogène. En réalité, il est la somme de matériaux d’origines et de natures diverses qui ,au fil des siècles, se sont empilés un peu à la manière de couches géologiques. Au fur à mesure de cette sédimentation, trois évolutions majeures se produient.

On passe d’abord de la légende à l’histoire et de l’histoire au roman, puis de local ( le pays de galles) à l’universel ;dans le même temps, la figure d’Arthur perd son aspect subversif. Le roi Arthur cesse finalement d’être la seule figure dominante. D’autres personnages (Perceval, Galaad) s’invitent sur le devant de la scène.


1)LE RECIT POUR S’UNIR

LIEU : le pays de galles
PERIODE : duVI siècle au XI siècle
AUTEUR : bardes gallois
CONTEXTE POLITIQUE : L’île de Bretagne (Grande-Bretagne actuelle) subit du V au XI siècle plusieurs périodes d’instabilité politique : invasions des peuples germaniques, Saxons, Angles, Jutes (V-VI siècle), puis des vikings (IX siècle), et enfin conquête normande à partir de 1066


Les régions montagneuses du pays de galles sont habitées par des populations remuantes et insoumises. Pour pasticher une bande dessinée bien connue, on pourrait presque parler de régions qui résistent encore et toujours à l’envahisseur. Arthur était un guerrier de l’aristocratie bretonne. Ses exploits dans les combats qu’il a livrés contre les Anglo-saxons ont donné lieu à des récits, transmis oralement au sein de cette population depuis au moins la fin du VI siècle.

Comment les historiens peuvent-ils affirmer l’existence d’une phase orale de la légende arthurienne ? D’une part, ils se réfèrent à l’importance des bardes au sein de la société celte, qui est un phénomène bien connu. D’autre part, ces légendes orales ont été mises par écrit tardivement, entre le XII et le XV siècle. Or ces révélations tardives portent la marque de l’oralité. O n constate par exemple que de nombreuses répétitions structurent ces textes. Ce sont à la fois des astuces mnémotechniques et une manière pour le barde de faire valoir sa virtuosité.

Grace à ces mises par écrit tardives, nous sommes en mesure d’approcher un peu le contenu de ces légendes. Dans certains textes, Arthur apparaît comme un chef de guerre aux pouvoirs étendus qui fédère les Bretons. Il semble que des cette époque circule l’idée d’un lien privilégié entre Arthur et au-delà et celle d’un retour du roi Arthur pour libérer les Bretons.

C’est l’aspect politique le plus subversif de la légende (cantonnés dans leurs réduits montagneux du pays de galles, ils s’imaginent un chef charismatique dont le prestige obtiendra l’unité de leurs tribus et dont la force leur permettra de renouer enfin avec la victoire. Arthur est le rêve fou de cette grandeur perdue et bientôt retrouvée), explique MARTIN AUREL spécialiste de la légende arthurienne, professeur à l’université de poitiers.

Les récits arthuriens ne sauraient cependant se réduire à leur dimension politique. On voit par exemple dans l’un des principaux récits de la littérature galloise du haut moyenne age, Kulhwch et Olwen. Pour permettre l’union de son cousin Kulhwch, Arthur doit notamment arracher un peigne à un sanglier monstrueux qui répond au nom râpeux de Twrch Trwyth. Tel est donc le double visage d’Arthur : vainqueur des Saxons, tueur de montres fabuleux.

voili voila

Crusader

_________________
> L'ennemi est bête : il croit que c'est nous l'ennemi alors que c'est lui !
(Pierre Desproges)
Entre vivre pour rien ou mourir pour quelque chose a vous de choisir
(john Rambo)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adréas d'elembor
Pendragon
avatar

Masculin Nombre de messages : 2863
Age : 51
Localisation : Dans le marais a niort

MessageSujet: Re: arthur et sa légende par science et vie   Dim 20 Mai 2012 - 12:06

siegfried ton étonnement sur le fil de l'intrigue a titiller ma curiosité je lance des recherches pour savoir d'où ils tiennent cette version je te tient au courant ,pour info les deux personnes qui en parle l'un est auteur dans science et vie (on va dire journaliste) et l'autre est un écrivain (plus polars)

si j'ai un retour je le met sur le post


Crusader

_________________
> L'ennemi est bête : il croit que c'est nous l'ennemi alors que c'est lui !
(Pierre Desproges)
Entre vivre pour rien ou mourir pour quelque chose a vous de choisir
(john Rambo)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Segwarides Doubles Lames
Aussi appelé SgegVaridèss
avatar

Masculin Nombre de messages : 1626
Age : 24

MessageSujet: Re: arthur et sa légende par science et vie   Dim 20 Mai 2012 - 16:11

Impek' merci Wink

_________________
SEMPER FIDELIS !

"Si j'avance, suivez-moi. Si je recule, tuez-moi. Si je meurs, vengez-moi"  Henri du Vergier, comte de La Rochejaquelein, Chouan, Général en chef de l'armée vendéenne catholique et royale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adréas d'elembor
Pendragon
avatar

Masculin Nombre de messages : 2863
Age : 51
Localisation : Dans le marais a niort

MessageSujet: Re: arthur et sa légende par science et vie   Lun 21 Mai 2012 - 19:00

la suite


2) L’HISTOIRE POUR S’INSTRUIRE

LIEU : la Grande-Bretagne actuelle

PERIODE : XI siècle- première moitié du XII siècle

AUTEUR : Geoffoy de Monmouth (les prophéties de Merlin, 1135, la vie de Merlin, 1150, et surtout histoire des rois de Bretagne, vers 1137)

CONTEXTE POLITIQUE : depuis 1066, une dynastie normande a pris le pouvoir en Angleterre. Au début des années 1130, sa domination dure depuis plus de soixante ans. Des chroniqueurs anglo-normands retracent cette aventure.
Ils écrivent l’histoire de l’Angleterre du point de vue des normands ou des anglo-saxons. Les Bretons y sont dénigrés. Cela indigne Geoffroy de Monmouth. Ce chanoine possède une double culture : il est originaire du sud-est du pays de galles mais appartient en même temps au premier cercle de l’élite dirigeante anglo-normande.
Il veut défendre l’idée que les Bretons sont les héritiers d’une histoire glorieuse.

Geoffoy de Monmouth n’est pas le premier à mettre par écrit les aventures d’Arthur. Mais il innove en choisissant de rédiger son histoire en latin, genre de la chronique sérieuse.Il donne ainsi aux légendes arthuriennes une légitimité savante. Son autre innovation est d’incorporer des éléments épars en un tout unique(Geoffoy est le premier à écrire une histoire de la naissance à sa mort, sur le modèle d’une biographie cohérente et organisée),explique ALBAN GAUTHIER ,professeur d’histoire médiévale à l’université du littoral-cote d’opale, auteur de Arthur (éd . ellipses. 2007).

Geoffoy de M ne se contente pas de reprendre (souvent en les déformant) des éléments préexistants, il utilise aussi….son imagination. Il dépeint un Arthur marchant sur les pas d’Alexandre le grand, qui ambitionne de recréer l’empire romain. Il conquiert la gaule, et meurt au moment ou il s’apprête à marcher sur rome. Ce sont la des épisodes qu’aucune tradition antérieure à Geoffoy ne relate…
Son ouvrage histoire des rois de Bretagne est un best-seller. Il est l’auteur latin du XII siècle sur lequel nous avons le plus de manuscrits. Il a été traduit, copié, recopié. Son succès correspond à une attente : une histoire savante mais chevaleresque, ayant toutes les apparences du sérieux mais riche en hauts faits et en merveilles, explique ALBAN GAUTHIER.

voila la suite plus tard

Crusader

_________________
> L'ennemi est bête : il croit que c'est nous l'ennemi alors que c'est lui !
(Pierre Desproges)
Entre vivre pour rien ou mourir pour quelque chose a vous de choisir
(john Rambo)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Segwarides Doubles Lames
Aussi appelé SgegVaridèss
avatar

Masculin Nombre de messages : 1626
Age : 24

MessageSujet: Re: arthur et sa légende par science et vie   Lun 21 Mai 2012 - 19:29

Ah d'accord, je comprend mieux l'histoire de Rome tongue

Alors selon Sciences et Vie, la Légende Arthurienne de Monmouth était d'abord pour glorifier les Bretons, et ensuite pour faire une histoire "best-seller".
C'est donc sous Chrétien de Troyes que la Légende devient une œuvre initiatique pour les écuyers, jeunes adoubés, jeunes princes et héritiers royaux, enfin je crois Razz

_________________
SEMPER FIDELIS !

"Si j'avance, suivez-moi. Si je recule, tuez-moi. Si je meurs, vengez-moi"  Henri du Vergier, comte de La Rochejaquelein, Chouan, Général en chef de l'armée vendéenne catholique et royale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adréas d'elembor
Pendragon
avatar

Masculin Nombre de messages : 2863
Age : 51
Localisation : Dans le marais a niort

MessageSujet: Re: arthur et sa légende par science et vie   Lun 21 Mai 2012 - 21:12

bien mon cher siegfried vu que sa te plait bien (tu a l'air le seul Sad serais tu le seul arthurien sur ce forum Question )

je te passe la n°3

3) LE ROMAN POUR DIVERTIR

LIEU : comté de champagne

PERIODE : seconde moitié du XII siècle

CONTEXTE POLITIQUE : Henri II plantagenet devient roi d’Angleterre en 1154, deux ans plus tôt, il épousait Aliénor d’Aquitaine qui venait de divorcer du roi de France, louis VII . Aliénor lui apporte de vastes territoires qui s’ajoutent à la normandie.
Les rois d’Angleterre possèdent quasiment tout l’ouest de la France. Les rois de France ne peuvent supporter des vassaux aussi puissants, tandis qu’Henri II rechigne à accepter la suzeraineté du roi de France.
Sous Henri II, la cour des Plantagenêt est brillante et raffinée. Celle des rois de France, par comparaison, aurait presque des allures provinciales.

De chrétien nous savons peu de choses, sinon qu’il était chanoine et qu’il vécut à la cour de champagne.Il écrit cinq ouvrages mettant en scène la cour d’Arthur :Erec et Enide (1170-1176),Cligès (1176-1180) ,Chevalier au lion (1177-181), Le chevalier de la charrette(1177-1181),Le conte du graal (1181-1191). Il joue un rôle capital dans la diffusion de la légende arthurienne et dans ses orientations ultérieures.

Il fait, d’une part, subir à la légende arthurienne une sorte de décentrement. Les héros de ses romans viennent à la cour du roi Arthur pour raconter leurs exploits, ou en repartent pour courir l’aventure. Arthur, lui, semble avoir déposé les armes : Geoffroy de Monmouth ouWace nous décrivent Arthur comme un guerrier valeureux, vainqueur des saxons et des Vikings, tueur de géants. Mais chez Chrétien de Troyes, il est curieusement inactif. Ce sont ses vassaux qui parcourent le monde, et non pas lui. Arthur semble même gagné par une certaine mélancolie, relève Jacqueline Cerquiglini-toulet , professeur de littérature médiévale à l’université Paris IX .Par ailleurs , il met ses récits en roman , c’est-à-dire en ancien français.

Il choisit de s’exprimer en vers et non en prose, comme pour se différencier de la chronique sérieuse. Chrétien de Troyes préfère l’octosyllabe au décasyllabe utilisé par la chanson de geste. Avec lui la légende arthurienne s’engage résolument sur le terrain de la littérature. Dans ses romans, il explore le perfectionnement de l’amour au creuset de l’aventure, il défend le duo armor er amor (arme et amour). Il exalte la chevalerie,mais en gardant toujours une forme d’humour et de distance.

L’œuvre de Chrétien de Troyes se caractérise par l’ambiguïté. C’est en cela qu’aujourd’hui encore, il reste pour nous un grand auteur de la littérature française, note Jacqueline Cequiglini-Toulet.Avec Chrétien de Troyes, la littérature s’empare du mythe arthurien. Mais celui-ci ne pert pas tout son contenu politique. Même si ce point reste très discuté, certains spécialistes défendent l’idée que Chrétien de Troyes a voulu exalter la cour des Plantagenêt dans ses romans.

C’est le cas de l’historien Amaury Chauou, professeur en classes préparatoires et auteur du roi Arthur (éditions du seuil-2009) : Pour un lecteur du temps, l’atmosphère brillante et raffinée de ses romans évoque irrésistiblement la cour des Plantagenêt. A certains moments de l’œuvre de Chrétien, l’allusion est plus directe. Il situe l’action de son roman Erec et Enide à la cour de Nantes, peu de temps après la conquête de la Bretagne par Henri II Plantagenêt. Le roi d’Angleterre a confié le gouvernement de la Bretagne à son troisième fils après des cérémonies somptueuses qui ont eu lieu justement à Nantes remarque Amaury Chauou.

Mais d’autres spécialistes contestent la thèse d’un lien entre Chrétien de Troyes et les Plantagenêt. Dominique Boutet,spécialiste de littérature médiévale, professeur à l’université Paris IV , souligne notamment que la personnalité autoritaire d’Henri II Plantagenêt cadre mal avec la royauté éclairée que dessine Chrétien de Troyes à travers le personnage d’Arthur. S’il faut à tout prix chercher un modèle à Arthur, il faut selon moi regarder dans la direction d’Henri le libéral, comte de champagne, plutôt que dans celle d’Henri Plantagenêt Le troisième apport décisif de Chrétien de T est l’introduction du thème du graal.

Dans son dernier roman (le conte du graal 1181-1191), le graal n’apparaît que de façon rapide dans une scène unique. Lors d’un banquet auquel le roi-pecheur a convié Perceval, cet objet se présente sous la forme de plat allongé, porté par une jeune fille. Chrétien nous apprend que ce plat est lié au transport d’une hostie qui maintient miraculeusement en vie le père du roi-pecheur.
Mais à aucun moment il n’explique à quoi sert vraiment cet objet. Par son silence, voulu ou contraint (car la mort l’empêche d’achever son roman), il ouvre la voie aux écrivains du XIII et du XIV siècle, qui vont gloser à l’infini sur la nature et l’origine de ce mystérieux graal.



EREC ET ENIDE : Premier roman de Chrétien de Troyes

Dans ses récits, Chrétien de Troyes prend le contre-pied des troubadours, pour lesquels le vrai amour ne pouvait s’épanouir que dans l’adultère. Pour lui, le mariage est la forme suprême de l’amour. Dans son premier roman, EREC ET ENIDE , les deux héros amoureux s’épousent.
Ensuite, de manière inattendue, tout va de travers. Car EREC à obtenu l’amour d’ENIDE sans accomplir de prouesses, c’est leur couple qui parce qu’il a trop vite accepté l’amour ne fonctionne pas, analyse Estelle Doulet, spécialiste de la littérature française du moyenne age à l’université de Lille , dans son livre Chrétien de Troyes . EREC devra donc accepter de reconquérir ENIDE.
Au fur à mesure de l’histoire, les personnages relèvent une psychologie complexe et tourmentée. Même chez les héroïnes, ce qui est une autre innovation marquante, à travers les tourments d’ENIDE, Chrétien invente le personnage féminin, écrit Estelle Doudet.



LES PLANTAGENET ET LA LEGENDE ARTHURIENNE :

Les Plantagenêt ont une relation complexe ( et contreversée ) avec la légende arthurienne. Un épisode de la légende a très vite retenu leur attention , au moment ou leurs terres de l’ouest de la France sont une source de conflit avec les Capétiens : la conquête de la Gaule par Arthur. Cela fait de lui une figure idéale pour légitimer leurs possessions en France ( Dans certains textes du XII siècle, on voit des compagnons d’Arthur, comme son échanson Bedoier, investis de fiefs en Touraine ou en Anjou.

Il est très significatif que ces personnages fictifs ce voient attribuer des terres correspondant aux possessions réelles des Plantagenêt en France, remarque Amaury Chauou. Mais un autre aspect de la légende est plus embarrassant pour les rois qui règnent sur le pays de Galles, l’Ecosse, l’Irlande : celui qui fait d’Arthur le héros qui reviendra d’entre les morts pour libérer les bretons. D’où l’épisode très médiatisé de 1191, sous le règne de richard Cœur de Lion, lorsque l’on retrouve les restes d’Arthur à Glastonbury.

Cette mise en scène vise à répandre l’idée qu’Arthur est bel et bien mort et enterré, qu’il ne reviendra pas libérer les bretons . Des lors, la légende va progressivement perdre de son caractère subversif. C’est avec Richard cœur de Lion que les rois angevins récupèrent pleinement la légende arthurienne, explique Amoury Chauou. Apres Glastonbury, rien n’empeche plus les Plantagenêt de se réclamer d’Arthur. Ils en font leur ancêtre et mettent en valeur ses qualités de rassembleur.

voila la suite plus tard bonne lecture

Crusader


_________________
> L'ennemi est bête : il croit que c'est nous l'ennemi alors que c'est lui !
(Pierre Desproges)
Entre vivre pour rien ou mourir pour quelque chose a vous de choisir
(john Rambo)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ewel Cœur-de-Glace
Hérault du Roi
avatar

Féminin Nombre de messages : 314
Age : 26
Localisation : en pays pontois et lutécien

MessageSujet: Re: arthur et sa légende par science et vie   Mar 22 Mai 2012 - 11:14

adréas d'elembor a écrit:
bien mon cher siegfried vu que sa te plait bien (tu a l'air le seul Sad serais tu le seul arthurien sur ce forum Question )

Il n'est pas seul, mon cher Adréas. Mais, avec les révisions et les examens cette semaine, certains d'entre nous n'ont pas forcément le temps de réagir ^^
Je dois avouer également que ton rythme de publication est assez difficile à suivre ^^"
Mais ne t'inquiète pas, je te lis aussi ! D'ailleurs, beau travail de tapuscription (oui, je viens de l'inventer ^^) ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Segwarides Doubles Lames
Aussi appelé SgegVaridèss
avatar

Masculin Nombre de messages : 1626
Age : 24

MessageSujet: Re: arthur et sa légende par science et vie   Mar 22 Mai 2012 - 11:22

Décidément, je n'aime vraiment pas les anglais Evil or Very Mad Evil or Very Mad Evil or Very Mad
Donc selon Sciences et Vie, c'est vraiment Chrétien de Troyes le père de la Littérature arthurienne. Mais les précédents, qu'ont-ils fait du coup ? Juste des registres historiques ? Geoffroy de Monmouth aurait établi une sorte de propagande ? Razz

_________________
SEMPER FIDELIS !

"Si j'avance, suivez-moi. Si je recule, tuez-moi. Si je meurs, vengez-moi"  Henri du Vergier, comte de La Rochejaquelein, Chouan, Général en chef de l'armée vendéenne catholique et royale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ewel Cœur-de-Glace
Hérault du Roi
avatar

Féminin Nombre de messages : 314
Age : 26
Localisation : en pays pontois et lutécien

MessageSujet: Re: arthur et sa légende par science et vie   Mar 22 Mai 2012 - 11:58

C'est très instructif, ce que tu livres là, Adréas !

Cependant, y'a un ou deux points qui m'ont fait sourciller. Dans ton message du dimanche 20 mai, dans « Le Fil de l'intrigue » :

Adréas d'Elembor a écrit:
Aucun n’y parvient jusqu’au jour où Arthur arrache l’arme au roc en voulant remplacer celle de son frère de sang, qu’il avait égarée. »
Keu n'est pas le frère de sang d'Arthur, mais son frère adoptif, non ? Le fils naturel d'Hector, à qui Merlin a confié Arthur.

Adréas d'Elembor a écrit:
Ayant pris pour épouse Guenièvre, fille du roi Loth »
Il me semblait qu'elle était la fille de Léodagan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorlois l'Imparable
Pendragon
avatar

Masculin Nombre de messages : 2586
Age : 36
Localisation : Chaumelot

MessageSujet: Re: arthur et sa légende par science et vie   Mar 22 Mai 2012 - 12:32

Citation :
Donc selon Sciences et Vie, c'est vraiment Chrétien de Troyes le père de la Littérature arthurienne

oui et non si tu veux Wink

Les autres auteurs ont crée une énorme trame (histoire,romans en prose /ver etc..) sans quoi Chretien ( et d'autre apres lui) aurait pas completé ses romans ^^ et aussi que chretien a eu la chance de vivre a la bonne période " la renaissance du XII siecle" raffinement,luxe,harmonie,courtoisie dans les cours, l'amour courtois prend vie!!


Tien Adréas il manque quelques auteurs tres important comme Marie de france "la chretien de troye féminine" Very Happy


Léodagan pere de Guenièvre Very Happy

Keu n'est pas le frère de sang d'Arthur, mais son frère adoptif Very Happy


Sciences et Vie est un magazine de vulgarisation (énormenent meme) santa

_________________
Peut importe les chocs, plus fort sera mon bras
L'âme d'un chef se révèle dans le désordre car il ordonne, dans la discorde car il apaise, dans l'inaction car il mène ses hommes en avant, toujours plus loin dans la conquête d'eux-même. C.P
[« Tous rêvent, mais pas de façon égale. Ceux qui rêvent de nuit depuis les replis poussiéreux de leur esprit se réveillent le jour pour se rendre compte que ce n’était que de la vanité; mais les rêveurs de jour sont dangereux, car ils peuvent agir selon leur rêve en gardant les yeux grand ouverts pour le rendre possible. »
- T.E. Lawrence
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Segwarides Doubles Lames
Aussi appelé SgegVaridèss
avatar

Masculin Nombre de messages : 1626
Age : 24

MessageSujet: Re: arthur et sa légende par science et vie   Mar 22 Mai 2012 - 13:03

Ah dakour, donc on retient le plus Chrétien de Troyes car il a écrit pendant l'âge d'or de la chevalerie en fait.

Et c'est vrai ! Il ne faut pas oublier Marie de France (objet d'un sujet à ouvrir ? Wink ) qui est la première femme connue à avoir rédigé des poèmes sur les légendes arthuriennss. C'est important pour la place des femmes dans l'Histoire, et surtout au Moyen-Age.

_________________
SEMPER FIDELIS !

"Si j'avance, suivez-moi. Si je recule, tuez-moi. Si je meurs, vengez-moi"  Henri du Vergier, comte de La Rochejaquelein, Chouan, Général en chef de l'armée vendéenne catholique et royale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorlois l'Imparable
Pendragon
avatar

Masculin Nombre de messages : 2586
Age : 36
Localisation : Chaumelot

MessageSujet: Re: arthur et sa légende par science et vie   Mar 22 Mai 2012 - 13:11

Citation :
Ah dakour, donc on retient le plus Chrétien de Troyes car il a écrit pendant l'âge d'or de la chevalerie en fait.

y a de ça Razz Mais aussi sa façon d'écrire Wink




Ps: Adreas joli travail de retranscription du papier a l'ordi^^

_________________
Peut importe les chocs, plus fort sera mon bras
L'âme d'un chef se révèle dans le désordre car il ordonne, dans la discorde car il apaise, dans l'inaction car il mène ses hommes en avant, toujours plus loin dans la conquête d'eux-même. C.P
[« Tous rêvent, mais pas de façon égale. Ceux qui rêvent de nuit depuis les replis poussiéreux de leur esprit se réveillent le jour pour se rendre compte que ce n’était que de la vanité; mais les rêveurs de jour sont dangereux, car ils peuvent agir selon leur rêve en gardant les yeux grand ouverts pour le rendre possible. »
- T.E. Lawrence
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adréas d'elembor
Pendragon
avatar

Masculin Nombre de messages : 2863
Age : 51
Localisation : Dans le marais a niort

MessageSujet: Re: arthur et sa légende par science et vie   Mar 22 Mai 2012 - 14:02

bien ça se réveille.

je ne suis pas un spécialiste de la légende, mais si j'ai plus ou moins bien lu, Geoffroy a été en son temps un écrivain assez productif et très imaginatif, un peu comme les écrivains d'histoires fantastiques de maintenant. De ce fait, il a pris des libertés avec l'histoire et les noms, et a même ré-imaginé la légende sur certains points.

Chrétien, lui, a plus écrit pour servir l'Eglise et le roi de l'époque pour réinstaller un code, un respect de la chevalerie, et fédérer les chevaliers pour leur donner l'idée d'une ligne de conduite dite pure.

je vois ça un peu comme ça.

je vous mets la dernière partie.

4) LE ROMAN POUR CONVERTIR :
DATE : XIII siècle
LIEU : L’Europe
ŒUVRES : La quête du saint graal (anonyme) ; Joseph, Merlin, de Robert de Boron
CONTEXTE POLITIQUE : Sous le pontificat d’innocent III (1198-1216), la spiritualité des laïcs occupe d’avantage le clergé. Franciscains et dominicains prêchent les foules urbaines. On essaie de christianiser la chevalerie, notamment par le rite de l'adoubement.

A LIRE :
MARTIN AUREL Sad la légende d’Arthur) perrin 2007
AMAURY CHAUOU :(le roi Arthur ) seuil 2009
ALBAN GAUTHIER : (Arthur) ellipses 2007
ESTELLE DOUDET : (Chrétien de Troyes) tallandier 2009
THIERRY DELCOURT : (la légende du roi Arthur) sous la direction de la bibliothèque nationale de France/ seuil 2009

Les romans arthuriens du XIII siècle se caractérisent par leur volonté édifiante. La quête du saint graal est au cœur de ces aventures. Robert de Boron, l’un des auteurs les plus marquants de cette période, consacre son premier roman à Joseph d’Arimathie, Il montre clairement que le graal est une relique de la passion du christ : il est à la fois l’écuelle ou le christ avait institué l’eucharistie lors de la cène et le récipient qui a recueilli son sang lors de la crucifixion , explique Dominique Boutet. Un autre thème qui parcourt tous ces romans est celui de la chevalerie célestielle.

Dans la Quête du Saint Graal, roman anonyme de 1225, un moine dit qu’il n’existe que deux voies, la chevalerie terrestre, qui mène à l’orgueil et à la convoitise, et la chevalerie célestielle, qui conduit au christ. Cette chevalerie célestielle obéit à des principes très stricts. C’est une chevalerie qui doit renoncer à tuer, puisque le cinquième commandement l’interdit catégoriquement.
Les chevaliers doivent protéger les autres, épargner leurs adversaires, renoncer à se servir de leurs armes. Et donc, paradoxalement à travers cette notion de chevalerie célestielle, c’est la mort de la chevalerie qui se dessine, note Martin Aurell.Le parangon de cette nouvelle chevalerie n’est pas Arthur, mais le graal. Dans la quête du saint graal, comme dans autres œuvres de cette époque, il est véritablement décrit comme un nouveau christ.

A la fin du livre, Galaad meurt en contemplant l’intérieur du Graal. Il voit donc quelque chose qui correspond à l’essence de dieu. Puis il meurt et monte au ciel. Une main céleste vient alors reprendre le graal, raconte Dominique Boutet. A coté du rayonnant Galaad, Arthur fait pale figure. Engoncé dans son égoïsme et son inaction, il semble encore plus apathique que chez Chrétien de Troyes.
Dans un autre récit, le Perlevaus, la reine doit intervenir pour le sortir de sa torpeur et le pousser à l’aventure. Enfin, certains récits interprètent sa mort comme le châtiment divin à la suite d’une faute de jeunesse : selon leur version de la légende, Arthur serait puni pour avoir commis l’inceste avec sa sœur Anne (appelée Anna par d’autres auteurs), union dont serait issu Mordred. Malgré ses failles, Arthur reste néanmoins un personnage indispensable et important de ses romans de chevalerie.

bien voila, pour info, le Science et Vie fait 120 pages, je ne vais pas tout mettre, car là je vous ai mis que 5 à 6 pages.
je vais voir s'il y a des petits trucs intéressants.

Pour Marie de France, peu de transcriptions. Martin Aurell : ce monsieur est prof d'histoire du Moyen Âge à l'université de Poitiers, et ne fait pas cas d'elle sur son interview.

Sinon je pense que ce livre pourrait vous plaire, on peut toujours se le procurer par internet ou en commande par la poste.



Crusader

_________________
> L'ennemi est bête : il croit que c'est nous l'ennemi alors que c'est lui !
(Pierre Desproges)
Entre vivre pour rien ou mourir pour quelque chose a vous de choisir
(john Rambo)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Segwarides Doubles Lames
Aussi appelé SgegVaridèss
avatar

Masculin Nombre de messages : 1626
Age : 24

MessageSujet: Re: arthur et sa légende par science et vie   Mar 22 Mai 2012 - 17:50

Bravo pour ce que tu as fait ! Very Happy

Et c'est cool d'avoir cité des bouquins, ça permet d'étendre la biblio arthurienne Razz

En tout cas, j'ai bien aimé voir la vision de Science et Vie sur le sujet, mais on voit bien que certains sujets sont fait par des journalistes, et d'autres par des spécialistes tongue

Merci Adréas (tu as lu tout ça dans les archives de Jérusalem en fait, et tu es revenu de croisade avec toutes ces notes Laughing ) de nous avoir fait partager tout ce contenu cheers

_________________
SEMPER FIDELIS !

"Si j'avance, suivez-moi. Si je recule, tuez-moi. Si je meurs, vengez-moi"  Henri du Vergier, comte de La Rochejaquelein, Chouan, Général en chef de l'armée vendéenne catholique et royale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
adréas d'elembor
Pendragon
avatar

Masculin Nombre de messages : 2863
Age : 51
Localisation : Dans le marais a niort

MessageSujet: Re: arthur et sa légende par science et vie   Mar 22 Mai 2012 - 20:06

merci Very Happy

oui, revenu de Jérusalem et à pieds Laughing Bon, pour les docs, j'ai fait du copier-coller mais avec mes petits doigts (un peu long, ch'ui pas dactylo).

Pour ce qui est du dossier Science et Vie, je suis en relation avec le Centre Arthurien qui, après examen dudit livre, me donnera son avis sur le dossier.

Elle m'a dit que les référence sont Geoffroy de Monmouth et Chrétien de Troyes, qui à eux deux ont construit la légende d'Arthur, qu'elle a transmis mes questions et ils me répondront par mail, et ils restent à l'écoute pour toute question de ma part, mais pour l'instant ils sont un peu débordés part une petite réunion qui doit se faire ce week-end près du Centre, mais je vois pas ce que ça peut être Question Sad Sad

pour ma part, je vais refouiller dans le dossier, si je vous trouve un petit texte sympa, je le copierai sur le post
voili voila

_________________
> L'ennemi est bête : il croit que c'est nous l'ennemi alors que c'est lui !
(Pierre Desproges)
Entre vivre pour rien ou mourir pour quelque chose a vous de choisir
(john Rambo)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gorlois l'Imparable
Pendragon
avatar

Masculin Nombre de messages : 2586
Age : 36
Localisation : Chaumelot

MessageSujet: Re: arthur et sa légende par science et vie   Mar 22 Mai 2012 - 20:36

Citation :
la référence sont geoffroy de monmouth et chrétien de troyes qui a eux deux ont construit la légende Arthur

Disons que Geoffroy donne davantage de cohésion a la Légende d'Arthur avec un Roi plus Chevaleresque et se refere a des personnages historiques en y mélangeant le merveilleux de Bretagne Wink et ainsi il a donné un cadre définitif a la légende "Celtique/medievale" avec aussi la rencontre d'Arthur et de Merlin.

_________________
Peut importe les chocs, plus fort sera mon bras
L'âme d'un chef se révèle dans le désordre car il ordonne, dans la discorde car il apaise, dans l'inaction car il mène ses hommes en avant, toujours plus loin dans la conquête d'eux-même. C.P
[« Tous rêvent, mais pas de façon égale. Ceux qui rêvent de nuit depuis les replis poussiéreux de leur esprit se réveillent le jour pour se rendre compte que ce n’était que de la vanité; mais les rêveurs de jour sont dangereux, car ils peuvent agir selon leur rêve en gardant les yeux grand ouverts pour le rendre possible. »
- T.E. Lawrence
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthelme
Grande asperge royale
avatar

Masculin Nombre de messages : 532
Age : 22
Localisation : Virson

MessageSujet: Re: arthur et sa légende par science et vie   Mar 22 Mai 2012 - 20:59

pour info je lis tout aussi mais j'ai pas le temps de répondre que messire Siegfried a déjà posé les question ^^

merci pour le pst, très intéressant Very Happy

_________________
A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.

Un chevalier obéit à des valeurs
Son coeur ne connaît que la vertu
Son épée défend les démunis
Son bras protège les faibles
Sa bouche méprise le mensonge
Sa colère déjoue les pièges du Malin
Un chevalier sera toujours le champion du Droit et du Bien, contre l'Injustice et le Mal
Combats les forts, défends les faibles
Honneur, Courage, Justice, Vérité

code Arthurien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: arthur et sa légende par science et vie   

Revenir en haut Aller en bas
 
arthur et sa légende par science et vie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Bretagne magazine spécial légende arthurienne
» Les lieux de la légende...
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» La légende de Martin et Martine par Tournesol
» Un article pour le Roi Arthur !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le monde médiéval :: Légendes Arthuriennes et médiévales-
Sauter vers: