AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesMembresConnexionSite Chevaliers Pourpres

Partagez | 
 

 Le mariage...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le mariage...   Sam 19 Avr 2008 - 0:32

J'ai une petite question sur le moyen-age et le mariage...donc jusque la tout va bien Smile Alors, je me demandai si les mariages forcés étaient bien vus?

C'est une question assez vague mais je me la pose par ce que... dans un des Cadfael (hum...) Embarassed on semble mépriser les mariages arrangés, pourtant, il me semble que cela était assez courrant surtout pour ceux qui possédaient du bien (un a priori peut-être?). Ce mépris que j'ai cru voir était peut-être un mal nécessaire au film mais la question reste entière...

En effet dans la littérature on retrouve souvent ce scénario du mariage d'intérêt, souvent à l'origine de soucis pour l'un et l'autre des époux. C'est peut-être une pleinte, ou alors un constat que les auteurs font sur leur époque, ou alrs cela tient d'une tradition plus ancienne? Ensuite il y a dans le genre roman de la table ronde tout l'opposé, c'est à dire les mariages entre deux personnes qui n'auraient pas pu être heureuses l'une sans l'autre, qui se sont trouvés par ce qu'il le fallait et à qui il arrive les pires péripéties! De telle sorte qu'on ne sait pas, jusqu'à la fin, si ils vont survivre à leur amour!

Et puis, en y réfléchissant, je me demande pourquoi pendant la cérémonie on demande aux deux époux d'affirmer de vive voix leur désir de s'unir et cela devant Dieu? Si ce n'est pour confirmer leur accord?! C'est un peu bizard, c'est pas le but du rendez vous?! Le Prêtre n'a pas été prévenu?! :lol!: D'ou vient cet usage? Peut-être du droit? C'est vrai que le mot cérémonie est parfois synonyme de protocole... :pensif:

Enfin voilà avez vous des réponses à mes questions?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le mariage...   Sam 19 Avr 2008 - 18:05

Voici un article de Georges Duby, publié dans la revue Historia, n°503, novembre 1988.

De fait, et c'est un autre caractère, ce qui prévaut après 1160 dans l'idéologie profane telle que l'exprime la littérature de cour, c'est bien la valeur affirmée de l'amour conjugal. Elle est au coeur d'Erec et Enide, mais aussi de tous les romans de Chrétien de Troyes que nous avons conservés, c'est-à-dire qui plurent. Demeure et en ce point encore confluent la pensée laïque et celle des clercs - la veine antiféministe, mais maintenant transférée à l'intérieur du couple, animée par la peur de l'épouse, de la triple insécurité dont, volage, luxurieuse et sorcière, on la sent, on la sait, porteuse. L'accent n'en est pas moins mis sur le respect de l'union matrimoniale. Ainsi dans la littérature d'éloge, si le dévergondage des héros est volontiers avoué aussi longtemps qu'ils restent privés d'épouses, sont-ils mariés, et tant que leur femme vit auprès d'eux, il n'est plus question que de cette affection qui fait s'écrouler le comte Baudouin de Guînes lorsque meurt sa compagne, après quinze ans de mariage et au moins dix maternités. Cet homme dur et sanguin, qui ne vit qu'à cheval, garde le lit des jours et des jours ; il ne reconnaît plus personne, ses médecins désespèrent de le sauver (5) ; il tombe dans cette même folie qui saisit Yvain lorsque sa femme le repousse ; il reste ainsi languissant pendant des mois - avant de partir, rétabli, veuf et de nouveau fringant, à la poursuite des servantes.
II semble bien que dans le dernier tiers du Xlle siècle, quelques signes manifestent que la restriction au mariage des fils commence à se relâcher dans les familles aristocratiques. D'autres garçons que l'aîné sont autorisés à se marier ; on les établit, on prépare pour eux des demeures où vont prendre racine les rameaux ainsi séparés du vieux tronc que la prudence lignagère avait pendant deux siècles au moins maintenu droit, planté tout seul au milieu de son patrimoine. Pour confirmer cette impression il importerait de pousser la recherche, de construire des généalogies précises, de requérir l'avis des archéologues. Encore faudrait-il s'interroger sur les raisons de ce desserrement, les chercher en partie dans la croissance économique, dans le développement d'une aisance qui, depuis les principautés dont les perfectionnements de la fiscalité accroissent alors les ressources, se répand dans toute la noblesse, les chercher aussi parmi toutes les souples inflexions qui viennent insensiblement modifier les attitudes mentales. Les voies de l'exploration sont grandes ouvertes - et sur ce champ d'une sociologie du mariage médiéval que des brumes épaisses recouvrent encore. Mais à mesure que cette pénombre se dissipe, s'éclaire à son tour ce que nous connaissons mieux, et pourtant fort imparfaitement, ce droit, cette morale, toute l'épaisseur de cette enveloppe normative.

Georges Duby a publié de nombreux ouvrages sur le sujet, dont le célèbre Le Chevalier, la Femme et le Prêtre. Le Mariage dans la France féodale, Hachette, Paris, 1981.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le mariage...   Sam 19 Avr 2008 - 19:24

Bérégond Fier-à-bras a écrit:
Voici un article de Georges Duby, publié dans la revue Historia, n°503, novembre 1988.

Les voies de l'exploration sont grandes ouvertes - et sur ce champ d'une sociologie du mariage médiéval que des brumes épaisses recouvrent encore. Mais à mesure que cette pénombre se dissipe, s'éclaire à son tour ce que nous connaissons mieux, et pourtant fort imparfaitement, ce droit, cette morale, toute l'épaisseur de cette enveloppe normative.

Georges Duby a publié de nombreux ouvrages sur le sujet, dont le célèbre Le Chevalier, la Femme et le Prêtre. Le Mariage dans la France féodale, Hachette, Paris, 1981.

Merci Bérégond mais cest dommage que se soit seulement à la fin de l'article qu'il énonce des pistes de réponses à mes questions Sad
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le mariage...   Sam 19 Avr 2008 - 20:40

Citation :
Alors, je me demandai si les mariages forcés étaient bien vus?
Citation :
je me demande pourquoi pendant la cérémonie on demande aux deux époux d'affirmer de vive voix leur désir de s'unir et cela devant Dieu?
Je pense que les mariages forcés sont totalement instaurés dans la société à cette époque et s’appuient sur une tradition et des moeurs plus ancienne. Cependant cette conception du mariage est moins bien acceptée par l’Eglise et les théologiens car pour les prêtres, l’amour entre les deux personnes doit être la principale motivation du mariage. Mais ceux-ci ne doivent pas être dupes pour autant car le mariage est plus une réalité sociale et familiale qu’une simple affaire entre deux personnes. Du coup, l’Eglise demande le consentement des deux époux pour éviter les mariages forcés, et ainsi être en accord avec les valeurs qu'elle prône, mais il règne une certaine hypocrisie dans cette question, car la pression familiale ou sociale est plus forte que la volonté réelle des deux époux. :dry:
Cette conception du mariage doit surtout concerner les classes élevées de la société médiévale, comme la noblesse ou la bourgeoisie, ceux qui possèdent un certain patrimoine. D’ailleurs c’est la présence du notaire comme ministre du mariage qui valide un mariage alors que les rites religieux ne sont pas nécessaires pour sa validité, ce qui renforce cet aspect purement matériel du mariage. :graduation:

Citation :
Ensuite il y a dans le genre roman de la table ronde tout l'opposé, c'est à dire les mariages entre deux personnes qui n'auraient pas pu être heureuses l'une sans l'autre, qui se sont trouvés par ce qu'il le fallait et à qui il arrive les pires péripéties!
Peut être que les romans de la table sont le plus souvent lus par cette catégorie de personnes concernées par les mariages arrangés, donc c’est l’aspect plus religieux du mariage qui est mis en avant, peut être pour justement valoriser celui-ci, et en tant que moyen d’exorciser la « sordide » réalité du mariage à l’époque.

Mais même si les mariages arrangés doivent être monnaie courante au Moyen Age, il doit exister de nombreux mariages d’amour car certaines familles tiennent compte du réel désir des jeunes époux et tâchent d’accommoder autant l’aspect financier qu’affectif... Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le mariage...   Dim 20 Avr 2008 - 12:09

Pour ce qui est des mariages forcés ils avaient, à mon idée, cours dans l’ensembles des échelons de la société.
J’en veux pour ‘preuve’ le désir d’élévation social qui passe aujourd’hui par l’éducation mais hier par le mariage.

Ainsi, un paysan mariait son fils cadet à une fille de bourgeois pour l’installer en ville, un riche marchand mariait sa fille à un pauvre noble pour la faire entrer dans la noblesse et bien entendu le roi de France mariait son fils à l’infante d’Espagne pour garantir un traité de paix.

Néanmoins ce n’est pas parce qu’il existe à tous les échelons qu’il est nécessairement systématique sinon tout les paysans deviendraient bourgeois et les bourgeoises nobles!!!
(C’est le même ressort qui pousse nos parents à nous offrir des études plus poussées que celles qu’ils ont faites.)




Pour ce qui est des récits d’Amour courtois, ils ont été composés pour les chevaliers qui sont principalement des fils cadets n’ayant peut de chance de se marier et encore moins d’avoir une terre.
Le mariage courtois voie souvent un chevalier pauvre mais vaillant séduire une femme plus élevé que lui dans la noblesse et l’épouser par amour.
C’est l’amour qui seul peut justifier un mariage improbable puisque désavantageux pour la demoiselle.

Enfin c’est ma vision de néophyte, elle vaut ce qu‘elle vaut :littlegiraphe: .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le mariage...   Dim 20 Avr 2008 - 13:40

Citation :
J’en veux pour ‘preuve’ le désir d’élévation social qui passe aujourd’hui par l’éducation mais hier par le mariage.
C'est vrai je n'avais pas fait le parallèle avec ce qui se passe aujourd'hui ! 🔑
Pour ce qui est des mariages à tous les échelons, je suis d'accord aussi mais il faut que les deux partis possèdent un minimum de biens ou de prestige car sinon les familles n'ont alors aucune motivation économique au mariage. Comme par exemple si je reprends ta démonstration il s'agit le plus souvent d'un riche paysan qui marie son fils à une fille de bourgeois, peut être endetté. L'un des parti cherche donc le prestige social, tandi que l'autre cherche avant tout un apport financier pour continuer à tenir son rang. Enfin je crois... :pensif:
Citation :
Pour ce qui est des récits d’Amour courtois, ils ont été composés pour les chevaliers qui sont principalement des fils cadets n’ayant peut de chance de se marier et encore moins d’avoir une terre.
Je ne savais pas cela, donc oui cela explique aussi bien cette vision magnifiée du mariage, et montre peut être l'espérance des chevaliers sans fortune de faire un beau mariage.
Mais même si la pratique des mariages arrangés est entrée dans les moeurs et reconnu par la société, je ne pense pas qu'on puisse vraiment faire de généralité sur le sujet et qu'il s'agit surtout de "cas par cas" dans ce domaine. :^^:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le mariage...   Dim 20 Avr 2008 - 17:01

Il est certain qu’il ne faut pas généraliser.

Je dirais aussi qu’on parle plus de mariage arrangé au véritablement forcé.
En effet il y à plusieurs chemins pour faire un mariage « d’intérêt ».
Si l’un d’eux est de dire « ma fille tu sera marié au fils de Mr Untel. Ne t’en fais pas il est bel homme et bien fortuné. On le dit aimable. » ce n’étais celons moi pas la plus usité.

Il est en effet plus simple et satisfaisant pour tout le monde de contrôler les fréquentations de ses enfants pour qu’ils soient en présence de partis acceptable durant l’enfance et l’adolescence.
Ainsi la demoiselle tombera assez surement éperdument éprise d’un candidat satisfaisant pour la famille. (il en vas de même pour les jeunes hommes évidemment.)

Si on y réfléchit bien il se passe un peu la même chose actuellement dans certains milieux quand les parents choisissent d’inscrire leurs enfant à tel ou tel activité.
En envoyant son enfant au conservatoire de musique de Paris il ne rencontrera que peut de jeunes issus des banlieues!!!



Mais je reste persuader que les mariage d'amour ou tout au moins de sympathie (puisque les rencontre n'étaient pas fréquentes avant le mariage) reste le lot de la plus part.

PS: on oublie de parler des fiançailles qui constituaient un temps de "teste" durant lequel les deux parties pouvaient se rétracté. Ce laps de temps étais généralement d'un an au 19ème ciecle et c'est encore la durée théorique je crois biens que l'usage en soit largement perdu du fait du raport nouveau entre vie de couple et mariage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le mariage...   Dim 4 Mai 2008 - 17:35

Ohtar Celebrin a écrit:
Je dirais aussi qu’on parle plus de mariage arrangé au véritablement forcé

Mais c'est justement pour cette raison que j'ai utilisé l'expression "mariage forcé", parce que je ne m'interrogeais pas sur le mariage arrangé. La nuance est faible mais vous l'avez bien explicité, merci. En effet la pratique du mariage forcé présuppose (de ce que j'en sais) le rapte d'un des deux parti (souvent la futur mariée) afin de célébrer ses épousailles, contre son grès et contre tout avis contraire. C'est à dire le mariage d'intérêt certe mais avec violence. Ce genre d'épisode est assez présent dans les romans de la table ronde (sous enttendu et semblent mal vu), dans la matière de bretagne en général (cycles et films)... d'ou mon questionnement. Mais bon j'ai à peu près la réponse que j'attendais....pas de surprise :lol!: ... je vous remercie pour cette mobilisation!!! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le mariage...   Mer 14 Mai 2008 - 22:11

Vous pouvez également aller voir

http://pages.infinit.net/celte/mariage.html
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le mariage...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le mariage...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Demande de mariage de Paquerette et Philipaurus
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Mariage des soldats Maya II et nain32
» [RP] Mariage de Myckilem et Naurestel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le monde médiéval :: La vie quotidienne-
Sauter vers: